Logo du Tam-Tam communautaire

Portail communautaire et social
du Haut Saint-Maurice


 
Le remède aux coupures, ça existe !
Engagez-vous pour le communautaire !
Ajouter un palier d'imposition

Calendrier des activités

  2018 
D L M M J V S
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Toutes les activités d'août 2018

Suivez-nous sur

Facebook

Tous les mardis au
Club latuquois

Bénévolat à la

"Randonnée Parent
avec toi""

Services de covoiturage. Offrez vos services. Faites nous part de vos besoins de transport. Le mouvement communautaire du secteur 'personnes handicapées'. Une présence essentielle en Mauricie! Téléphone: 819-372-1036. Site Web: www.ropphmauricie.net Répertoire des ressources en activité physique et en saine alimentation
IRIS

Chronique de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques

Négos 101 : comment convaincre les riches ?

Publié le 24 mai 2018


La croissance insoutenable des inégalités est un phénomène qui caractérise notre époque. Les écarts de revenus et de patrimoine entre les plus riches et les moins nantis explosent depuis quarante ans et, avec la dernière crise économique et l’apparition d’une nouvelle conscience de classe – les fameux 99 % – tout le monde sait que l’économie capitaliste ne parvient plus à servir l’intérêt. Les gains de productivité sont accaparés par le capital, les salaires stagnent et les actionnaires se gavent de dividendes même lorsque leurs entreprises font des pertes. “The poor stay poor, the rich get rich. That’s how it goes. Everybody knows.”

Comment alors renverser la concentration de la richesse et du pouvoir dans notre système socioéconomique ? Rappelons-nous au Québec la tentative toute modeste du gouvernement Marois en 2012 de hausser les impôts. Le but était d’éponger le coût de l’abolition de la taxe santé, une mesure régressive imposée par le gouvernement précédent et qui, sans égards aux capacités de payer, affectait pas moins de 4,7 millions de personnes (près de 60 % de la population québécoise).

Le gouvernement péquiste avait plutôt choisi de mettre à contribution les personnes gagnant plus de 130 000 $ par année, et plus particulièrement celles qui gagnent plus de 250 000 $. On demandait donc aux 2 % des contribuables les plus riches – dont les revenus avoisinent les 30 milliards de dollars – d’absorber l’essentiel des coûts de l’abolition de la taxe régressive.

Comment le monde des affaires et les grandes fortunes ont-ils réagi à mesure miniature allant à l’encontre des inégalités ? Une opposition acharnée.

Ma collègue Julia Posca relate cet épisode dans Le manifeste des parvenus, un essai qu’elle a publié le mois dernier. Après l’annonce timide du gouvernement Marois, les représentants du monde des affaires, incluant le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition Avenir Québec (CAQ), étaient montés au créneau et avaient affirmé que les investisseurs, pris “d’angoisse fiscale” (dixit Jean-Marc Fournier), songeaient désormais à quitter le Québec. Trente-six jours seulement après son annonce, le gouvernement Marois abdiquait et reculait.

Alors, la question qui se pose : si, après 40 ans à bénéficier de politiques économiques et fiscales qui font croître les inégalités en leur faveur, les riches combattent encore avec acharnement la moindre mesure fiscale qui dessert un tant soit peu leurs intérêts, comment évoluer vers une société plus juste ?

Peut-être faut-il être plus ambitieux.

Réfléchir à reconfigurer notre monde pour qu’il soit plus juste et plus sain, c’est comme aérer une société devenue poussiéreuse à force d’avoir des hommes politiques qui affirment que le budget du Québec est déterminé par des agences de notation ou qu’il faut mécaniquement démanteler l’État social à chaque fois qu’on a trop donné de baisses d’impôts aux riches…

Il n’y a pas seulement la question des inégalités qui montre à quel point notre système économique est obsolète et qu’il menace la survie de notre espèce. On parviendrait à la même conclusion en examinant l’évolution du pouvoir d’achat et l’endettement des ménages, la pandémie de problèmes de santé mentale ou encore la crise écologique qui menace de tout faire basculer avant longtemps.

Et si, munis de bonnes idées, guidés par les bons exemples et animés par la conviction qu’on peut faire mieux que le gâchis actuel, on retournait voir les riches et qu’on leur proposait une société plus intelligente, plus juste, mieux équilibrée où les êtres jouissent de plus de temps et de bien-être, gageons qu’ils n’hésiteraient pas une seconde à accepter… au moins une petite baisse d’impôts.

Par Guillaume Hébert

Retourner au haut de la page


Ma soupe populaire n'est pas un lobby !

Julie Boulet, Députée de Laviolette et ministre du Tourisme

Logo de la Table Nationale des Corporations de Développement Communautaire Logo de la CDC du Haut St-Maurice Logo du Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale du Québec