Logo du Tam-Tam communautaire

Portail communautaire et social
du Haut Saint-Maurice


 
Engagez-vous pour le communautaire !
Lutter contre la corruption

Calendrier des activités

  2019 
D L M M J V S
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Toutes les activités de mars 2019

Suivez-nous sur

Facebook
Les membres du Club de lecture de la Bibliothèque de La Tuque

Chronique littéraire

du Club de lecture de la Bibliothèque Annie St-Arneault

Le dernier des fous, de Timothy Findley

Publié le 3 mai 2016


Timothy Findley, né en 1930 à Toronto, et mort en 2002 en France, en Provence, est un homme de théâtre, un scénariste et un écrivain canadien de langue anglaise. Le dernier des fous est son premier roman (1967), suivi par des best-sellers tels Le chasseur de têtes (1993) ou Pilgrim (1999).

Le dernier des fous raconte la solitude du petit Hooker Winslow au sein de sa famille. La mère est dépressive et se mure dans sa chambre, le père stagne dans l’inaction, le frère aîné noie son incompréhension du monde dans l’alcool. Rosetta, la tante du petit garçon veille froidement sur tout le monde. Seule, la domestique Iris s’occupe affectivement de Hooker.

Tout le roman est basé sur les observations que Hooker décrit avec la spontanéité et la naïveté d’un enfant d’une dizaine d’années. On perçoit la dynamique de la famille s’installer à travers son regard avec le tas de déductions qui lui viennent simplement en tête. À mesure, l’ambiance du livre s’alourdit, la chaleur de l’été devient de plus en plus intolérable, et l’auteur réussit à nous faire ressentir un pressentiment de fatalité qui s’avérera et sera surprenante.

Je connaissais les oeuvres des années 90 de cet auteur et j’ai été fort étonnée de ce premier roman écrit 30 ans plus tôt. Beaucoup plus statique comme action, tournant et retournant toujours dans la même réalité, un huis clos qui se différencie de ses autres romans beaucoup plus lyriques aux personnages singuliers.

À la lumière de cette lecture, si j’avais lu ce roman de Timothy Findley en premier lieu, je n’aurais pas été aussi fascinée par cet auteur que j’ai découvert avec Pilgrim, un chef-d’oeuvre à mes yeux, sans parler de Le chasseur de têtes, et passagers clandestins.

Francine Brunet, membre du club de lecture de la Bibliothèque Annie St-Arneault

Retourner au haut de la page


Logo de la Table Nationale des Corporations de Développement Communautaire Logo de la CDC du Haut St-Maurice Logo du Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale du Québec