Logo du Tam-Tam communautaire

Portail communautaire et social
du Haut Saint-Maurice


 
Engagez-vous pour le communautaire !
Lutter contre l'évasion fiscale

Calendrier des activités

  2019 
D L M M J V S
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Toutes les activités de mars 2019

Suivez-nous sur

Facebook
Maman a raison

Chronique de Maman a raison

 

“Mieux vaut honneur que honteuse richesse.” - Eustache Deschamps, poète

Publié le 7 avril 2016


L’affaire Panama Papers, enfin une bonne nouvelle ! Le petit peuple, la classe moyenne, celle qui, à bout de bras, supporte, tant bien que mal, le fonctionnement de notre planète, se réjouit depuis quelques jours. Enfin, un peu de lumière concrète à travers tout le brouillard qui entoure les paradis fiscaux. Partout sur la terre les “payeurs de taxes” ressentent une petite joie, le sourire en coin, heureux de voir une petite quantité de richissimes crapules gourmandes se faire prendre avec les deux mains dans le plat de bonbons. La gourmandise : défaut de celui qui est gourmand, qui mange plus que de raison.

J’aimerais bien pouvoir entrer dans la tête du premier ministre d’Islande (qui a démissionné de son poste), du président d’Ukraine ou bien dans celle de l’acteur Jackie Chan. (Imaginez, les Américains n’ont pas encore été trop éclaboussés, ça devrait sortir dans les semaines à venir et je vous parie que certains noms vont nous jeter par terre…) Donc, être dans leur tête, pas pour vivre leur vie ni pour essayer de comprendre ce qui pousse quelqu’un de riche à vouloir être encore plus riche à n’importe quel prix. Non. Ce serait plutôt pour m’assurer que depuis dimanche soir dernier, ils vivent la honte. J’aimerais savoir qu’ils ont une boule de stress dans l’estomac, qu’ils sont fâchés, fâchés qu’on ait osé jouer dans leurs jardins secrets. Je voudrais être certaine qu’ils s’inquiètent, à s’en rendre malade, pour leur réputation, du fait qu’ils auront (peut-être) à répondre à beaucoup de questions et qu’ils devront travailler à inventer un paquet de nouvelles menteries. Les pauvres !!!

Tout le monde est conscient de l’existence des paradis fiscaux. Toutes ces banques, ces bureaux d’avocats et ces compagnies à numéro dirigées par des professionnels de la magouille déguisés en beau complet qui connaissent mille et un trucs pour protéger leurs précieux dollars. Malheureusement, la réalité c’est que c’est un mal planétaire maquillé en privilège qui ne s’attaque qu’aux très riches qui, la plupart du temps, sont atteint de maladies mentales profondes telles que la sociopathie ou la psychopathie (qui se caractérise entre autres, par un manque de remords et de comportements humains) pour ne nommer que ceux-là. Et c’est prouvé scientifiquement ! Ces paradis fiscaux sont comme un gros monstre impossible à tuer, car il sait trop bien se cacher. Nous vivons avec par habitude, comme on vit avec des tonnes d’autres injustices. De temps en temps, on nous en parle, on s’enrage, on s’offusque quelques minutes et ensuite on passe à un autre appel. On se raisonne en se disant que la corruption existe depuis le début des temps, un mal nécessaire impossible à éliminer. Et on continue à essayer de trouver le bonheur à travers tous ces malheurs. Il y a un crosseur à chaque coin de rue, comme on dit…

Avouons que c’était un peu plus difficile la semaine dernière de prendre le temps de s’arrêter dans nos vies folles et de chialer contre les grands de ce monde qui vivent dans l’opulence, dans l’abondance. Des palais partout à travers le monde, 52 voitures de luxe, jet privé, 300 paires de souliers, un “bol de toilette” en or massif, pour recevoir le caviar mangé la veille, des fêtes extraordinaires, des mariages célébrés à grand coup de millions, les plus gros diamants du monde, qui ont fait couler beaucoup de sang, tant pis pour les perdants. Mais voilà que maintenant, grâce à Internet, taper le nom d’un des accusés sur Google et pour toujours, pour le reste de leur vie, il y aura une grosse tache noire dans leur précieuse biographie ! Un fantôme de fraude sous le soleil qui leur donnera, je l’espère, des rougeurs impossibles à soulager avec de la vitamine E, même avec la plus dispendieuse, la plus fabuleuse vitamine E disponible sur le marché. À se pavaner sous le soleil, on finit par se brûler ! Comment se fait-il que des personnes supposément intelligentes, l’élite de la société, comme on les appelle, ne comprennent pas que chacun d’entre nous doit faire sa part afin d’entretenir les biens communs ? C’est un devoir de citoyen, on le doit aux générations futures qui en auront déjà assez sur les bras. Ça me dépasse. Quels idiots !

Certains d’entre eux vont tenter de se justifier, d’autres joueront la carte de l’innocence et les plus rusés garderont le silence, car le silence, qui semble si doux, est en fait, une arme redoutable. On ne se met pas les pieds dans les plats lorsque l’on se la ferme. Vaut mieux laisser les gens vaguer dans leur imaginaire qui, de toute façon, se laissera diriger vers un autre scandale ou désastre toujours plus gros, plus grave ou plus… Plus de je sais pas quoi, je sais plus. Maudite marde.

C’est connu que beaucoup (on ne doit pas généraliser) de gens riches ont du mépris envers les gens ordinaires. Comme l’avait si bien dit une “Dame” toute bien botoxée, provenant d’une des plus riches familles du Québec : “Les impôts, c’est pour le petit monde”. Eh bien, je peux vous dire qu’en tant que femme ridée ordinaire (et fière de l’être en passant) je ressens un mépris pur, à son état le plus brut, un mépris tellement mépris que ça me fait du bien, envers ces tout petits humains qui se croient mieux que vous et moi parce qu’ils ont du fric sale. Je suis presque, presque fière de mes dettes !

Chacun de nous connaissons de telles vermines, peut-être pas des vermines à si grande échelle comme celles impliquées dans le scandale de Panama Papers, mais des petits rapaces qui avec leur belle façon et leur beau sourire plein de belles dents fluorescentes faussement blanchies règnent avec leur armé de nigauds toujours prêts à se salir les mains pour eux, les yeux mi-clos. Souvent des élus, choisis par nous tous, dépensent nos impôts et taxes de façons frivoles sans demander l’avis de personne et tout passe comme de l’eau dans un moulin. On donne des emplois à la famille, aux copines coquines, au chum de golf. On construit des bâtiments inutiles, mais qui embellissent le royaume, voyages, soupers bien arrosés, etc. “C’est correct mon Roger, inquiète-toi pas. C’est incroyable, mais y’a jamais un chat qui dit quelque chose ! Ils (nous autres) ne posent jamais de questions. Pis si jamais, un petit journaliste se mêle de nos affaires, on va inventer une bonne raison, crois-moi, rien de plus facile !” Une chance qu’il y a des journalistes. Merci les journalistes kiss

On coupe dans les choses qui sont essentielles à la population, on augmente nos taxes, on cache de nouvelles taxes. Tralalalala, nous on continue à en arracher bêtement, en donnant nos précieux sous tout en laissant tout passer. “Et regardez là-bas comme c’est épouvantable, quelle honte, vous voyez, ce n’est pas si pire ici…”, nous dit-on. On tourne la tête et on regarde stupidement en disant que c’est vrai, que c’est bien pire ailleurs… Vraiment ? Allons-nous rester les bras croisés, pour le reste de l’éternité, à les regarder faire ce que bon leur semble sous notre nez ? Qui vole un oeuf vole un boeuf… SVP, méprisez et levez-vous contre les truands de ce monde, les petits et les grands. Rien ne fait plus mal qu’un regard empli de dégoût bien lancé. Ce serait déjà un début !

Je retourne à ma merveilleuse médiocrité de payeuse de taxes !

À bientôt…

  1. Excellent, à partager !

    Commentaire de Annie Comeau, de Sa Tuque, le 7 avril 2016 à 21:32

Retourner au haut de la page


Logo de la Table Nationale des Corporations de Développement Communautaire Logo de la CDC du Haut St-Maurice Logo du Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale du Québec