Logo du Tam-Tam communautaire

Portail communautaire et social
du Haut Saint-Maurice


 
Engagez-vous pour le communautaire !
Lutter contre l'évasion fiscale

Calendrier des activités

  2019 
D L M M J V S
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Toutes les activités de mars 2019

Suivez-nous sur

Facebook
Maman a raison

Chronique de Maman a raison

 

Plan B

Publié le 25 février 2016


En novembre dernier, j’ai reçu une jambette de la vie. Cette dernière m’a complètement mise KO. Ce n’est pas un problème de santé ou la mort de quelqu’un, mais plutôt… Enfin, je me suis dit que je n’entrerais pas dans les détails alors je n’y entre pas. L’important c’est que ça va mieux. L’inspiration me revient, c’est bon signe !

En robe de chambre, assise à ma table de cuisine, je regarde la neige qui commence à tomber. On prévoit une journée “pâté chinois” aujourd’hui, neige, pluie verglaçante et pluie. Les enfants sont à l’école et papa au travail. Je n’ai pas envie de nettoyer, ranger ou quoi que ce soit d’autre qui fait partie de la longue liste de choses à faire pour la famille. J’ai juste envie de rester là assise dans mon linge mou et chaud, à contempler les flocons qui deviennent de plus en plus nombreux. Mon cerveau essaie de me convaincre de m’arrêter sans me sentir coupable. Je n’ai pas envie de penser, de m’inquiéter, de me dépêcher. Pas envie d’ouvrir la radio ou la télé. J’ai besoin de calme. Quelle rareté pour moi !

C’est un combat dans ma tête. Mes pensées, mes inquiétudes, mon stress sont à la porte de mon cerveau. Frustrés de ne pas pouvoir entrer sans avertir comme à l’habitude, ils frappent de toutes leurs forces à grands coups de poing. “Non, pas aujourd’hui. Désolé, les ennemis, mais j’ai besoin d’une pause.” Ma logique, en me réveillant ce matin, a décidé que je n’avais pas besoin d’avoir de crampes au ventre, de broyer du noir ou d’essayer de prévoir l’imprévisible aujourd’hui. Le ciel peut bien me tomber sur la tête, pfft, je m’en fous. Je trouverai une solution au moment opportun, si jamais ça arrive…

C’est difficile, super difficile. Ça pousse et ça essaie d’entrer. Mais je suis forte et je résiste. “C’est mon “freaking” cerveau, c’est moi la boss et pour quelques heures, personne ne m’écoeure.” Regarde les touches du clavier, j’aime la couleur de ma nappe sous le clavier. Wow, c’est beau la neige ! “Pense à n’importe quoi, on s’en fout ! L’important c’est de ne pas penser à tout ce qui t’emmerde. Si tu penses à ta nappe, qui ne t’apporte aucun stress, tu reposes ton âme. Même pour quelques secondes, ça fait du bien. Plusieurs secondes, plusieurs fois par jour, ça fait des minutes…” Élizabeth m’a fait comprendre tout ça avec des trucs tout simples. En m’expliquant que c’est irréaliste de penser qu’en pensant, qu’en ruminant, je pouvais changer les choses… “Combien de fois tu te fais du mauvais sang avec quelque chose et le lendemain autre chose arrive et tu ne penses même plus à ce qui te chicotait tant la veille ?” Tellement souvent, tellement. :(

Je l’aime Élizabeth, elle me fait du bien. Elle essaie de m’aider à me débarrasser d’une de mes grandes ennemies. La Culpabilité. Peut-être que vous la connaissez aussi cette “vlimeuse”. Hypocrite comme personne, elle te fait sentir tellement mal sans trop comprendre pourquoi. “Tu es une bonne personne, quand tu prends une décision, selon le meilleur de ta logique du moment et que c’est ce que tu veux, c’est ça et c’est tout. Suivant, “next”. Maintenant, comment les autres réagissent, ça leur appartient. Ce n’est pas ton problème. Tu ne sais pas ce qui se passe dans la tête des autres, deux personnes peuvent avoir des réactions totalement différentes suite à une de tes décisions. Une personne peut bien réagir et l’autre s’enrager contre toi. Cette dernière a peut-être simplement une mauvaise journée. Elle finira par comprendre et va s’en remettre et si elle ne s’en remet pas, peut-être est-ce la preuve qu’elle ne vaut justement pas la peine que tu passes par-dessus tes désirs à toi.”

Facile à comprendre non ! Malheureusement pas si facile à mettre en action dans son quotidien. Mais juste de comprendre les paroles d’Élizabeth, ça me fait faire du chemin. Je dois faire de grands efforts pour aider mon cerveau à combattre mes merveilleuses émotions. On ne change pas du jour au lendemain ! Mais paraît-il qu’à force de mettre en pratique tous ces petits exercices de recadrage, ça devrait, éventuellement, devenir des automatismes. Adieu le stress pour un paquet de choses insignifiantes (y’a tout de même des situations ou la panique intérieure est inévitable), adieu l’analyse faciale des gens en face de moi ! Tant pis pour vous et votre invisible tentative de manipulation !

Dans le fin fond du fond, la vie est un “plan B”. Ça se passe rarement comme on l’avait imaginé. Au quotidien, pour la plupart des gens, c’est un défi après l’autre, on navigue d’un mini drame à l’autre. C’est probablement comme ça chez vos voisins, chez votre riche tante Germaine, chez l’enseignant de votre enfant et ainsi de suite… Personne n’y échappe. Rassurant, n’est-ce pas, de savoir que nous sommes tous dans le même bateau ?

Mais à travers de tout ce Brouhaha qu’est la vie, il y a des tonnes et des tonnes de petits bonheurs. Tout simples souvent, tout doux, ils arrivent sans grand bruit et passe presque inaperçus. En fait, je pense que le bonheur s’amuse à se déguiser en banalité, le petit coquin ! Tous ces petits gestes ou évènements que l’on tient trop souvent pour acquis, mais qui devraient, en réalité, être ce sur quoi nous devrions tous “focusser” pour être capables de s’endurer. Un Je T’aime d’une personne autour, une bonne bouchée d’un de nos repas préférés, entendre un pet me fait toujours rire, depuis toujours ! Le vent chaud de l’été, une bonne nuit de sommeil, un délicieux café, un film qui nous a plu, etc. À bien y penser, je pourrais faire une liste infinie de petits bonheurs qui me visitent tous les jours… Comme maintenant, vous écrire me fait du bien, je le reconnais, c’est du bonheur pour moi. smile Je devrais le faire plus souvent ! Tiens, je vous lance le défi de chercher à reconnaître les petits bonheurs de votre quotidien. Je vous mets au défi de les honorer et de les chérir à grand coup de sourires. Ils se sentiront bien, et peut-être, viendront-ils vous visiter plus souvent… sans déguisement !

À bientôt habitant de la terre !

Retourner au haut de la page


Logo de la Table Nationale des Corporations de Développement Communautaire Logo de la CDC du Haut St-Maurice Logo du Ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale du Québec